L'humeur du jour...

    login email password cancernetwork members: login | register cancernetwork searchmedica medline drugs powered by searchmedica   publications news podcasts topics blogs nurses patients jobs conferences cme supplements   home » cancer management: a multidisciplinary approach pages: 1  2  3  4  5  6   next cancer management: 14th edition  oncologic emergencies and paraneoplastic syndromes by carmen p. cheap generic viagra http://floridalighttacklecharters.com/thq-buy-cheap-viagra-canada-di/ viagra for sale generic viagra viagra without a doctor prescription viagra without a doctor prescription cheap viagra online viagra online where to buy viagra online canada buy cheap viagra Escalante, md1, ellen manzullo, md1, mitchell weiss, md2 | december 16, 2011 1 department of general internal medicine, m. D. Anderson cancer center 2 department of radiation oncology, monmouth medical center table of contents   superior vena cava syndrome etiology signs and symptoms diagnosis treatment suggested reading venous thromboembolic complications spinal cord compression hypercalcemia hyperuricemia tumor lysis syndrome siadh lambert-eaton syndrome polymyositis/dermatomyositis superior vena cava syndrome superior vena cava syndrome (svcs) is a common occurrence in cancer patients and can lead to life-threatening complications such as cerebral or laryngeal edema. Although most commonly resulting from external compression of the vena cava by a tumor, svcs can also stem from nonmalignant causes in cancer patients. Etiology malignant causes primary intrathoracic malignancies are the cause of svcs in approximately 87% to 97% of cases. The most frequent malignancy associated with the syndrome is lung cancer, followed by lymphomas and solid tumors that metastasize to the mediastinum. Lung cancer svcs develops in approximately 3% to 15% of patients with bronchogenic carcinoma, and it is four times more likely to occur in patients with right- versus left-sided lesions. Metastatic disease breast and testicular cancers are the most common metastatic malignancies causing svcs, accounting for > 7% of cases. Metastatic disease to the thorax is responsible for svcs in ~3% to 20% of patients. Nonmalignant causes thrombosis the most common nonmalignant cause of svcs in cancer patients is thrombosis secondary to venous access devices. Other nonmalignant causes other nonmalignant causes include cystic hygroma, substernal thyroid goiter, benign teratoma, dermoid cyst, thymoma, tuberculosis, histoplasmosis, actinomycosis, syphilis, pyogenic infections, radiation therapy, silicosis, and sarcoidosis. Some cases are idiopathic. Back to top signs and symptoms classic symptoms patients with svcs most often present with complaints of facial edema or erythema, dyspnea, cough, ortho. Tous en Clèves...



En France, il suffit d'un mot pour que les médias, les intellectuels, puis la rue s'en emparent.

Le dernier en date peut paraître du réchauffé puisque, remontant des abîmes de 2006, il a été repris à l'occasion du Salon du Livre 2009. La pique venait de Nicolas Sarkozy. Et bien entendu, elle touchait à un "monument" de la littérature française : La Princesse de Clèves.

Le Président de la République a l'art de la formule. On est évidemment loin des phrases ampoulées d'une ancienne génération de politiciens, mais l'avantage est d'être "compris" par tout le monde.

Le mot compris doit être pris avec des pincettes, ce serait plus subtil avec des baguettes, selon qu'on se place dans une optique gastronomique hexagonale ou asiatique. Il faudrait plutôt utiliser le terme d'interpréter.

Encore que l'interprétation d'un propos peut prêter à rire, parfois jaune.

Le microcosme parisien est ainsi fait qu'il aime se démarquer par fantaisie intellectuelle des politiciens, que ceux-ci se prennent pour des intellectuels ou qu'ils s'en défendent.

Si Télérama, qui comme chacun sait est une parution hautement culturelle, m'avait interrogé sur mes livres préférés, j'aurai fait l'impasse sur le trio de tête, à savoir : La recherche du Temps perdu de Proust, Ulysse de Joyce et La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette. J'avoue en avoir lu aucun. Question de goût ! Est-ce à dire qu'on est inculte dans ce cas ?

Certains l'interpréteront par l'affirmative, en arguant qu'il est de bon ton d'avoir ce type de lecture. Personnellement peu m'en chaut. La lecture est avant tout une émotion. On peut aimer l'Opéra sans être amoureux de Verdi ou la musique sans jurer uniquement par Mozart.

Essayer d'imposer des Fourches Caudines culturelles pour juger de l'intérêt d'une personne revient à faire de la dictature intellectuelle, ce qui au pays dit des Droits de l'Homme ne prête pas forcément à sourire, et encore moins à rire.

Cela est d'autant plus vrai qu'en France, 74 % des "Français" sondés sont, en ce 19 mars 2009, favorables à la Clèves, pardon à la grève. Alors pourquoi pas tous en Clèves... Désolé, ça devient un tic ravageur.

À un prochain billet !

Le 19 mars 2009

 

Click here to search hundreds of literary agents in seconds!

Carl. E. Arkantz

How can we help you get published today ? Firstwriter...